La poésie du 7 au 20 novembre 


 

Le paon, les deux oisons et le plongeon

Un paon faisait la roue, et les autres oiseaux
Admiraient son brillant plumage.
Deux oisons nasillards du fond d'un marécage
Ne remarquaient que ses défauts.
Regarde, disait l'un, comme sa jambe est faite,
Comme ses pieds sont plats, hideux.
Et son cri, disait l'autre, est si mélodieux,
Qu'il fait fuir jusqu'à la chouette.
Chacun riait alors du mot qu'il avait dit.
Tout-à-coup un plongeon sortit :
Messieurs, leur cria-t-il, vous voyez d'une lieue
Ce qui manque à ce paon : c'est bien voir, j'en conviens ;
Mais votre chant, vos pieds, sont plus laids que les siens,
Et vous n'aurez jamais sa queue.

Jean-Pierre Claris de Florian


Le paon, les deux oisons et le plongeon.docx

L'auteur

Jean-Pierre Claris de Florian (issu d'une famille noble), né près de Sauve à Logrian (Gard), le 6 mars 1755 et mort à Sceaux le 13 septembre 1794, est un auteur dramatique, romancier, poète et fabuliste français. Il est particulièrement connu en tant que fabuliste, ses fables étant unanimement considérées comme les meilleures après celles de Jean de la Fontaine. En tant que noble, il échappe à la guillotine mais  il est arrêté en 1794 pendant la Révolution puis mis en prison. Après sa libération, il meurt quelques semaines plus tard probablement des suites de sa détention. Il avait alors 39 ans.

*****

Cliquez pour agrandir l'image

Un paon

Des oisons

Un plongeon

*****

Cliquez pour agrandir l'image



Cliquez pour agrandir l'image


Cliquez pour agrandir l'image
Cliquez pour agrandir l'image
Cliquez pour agrandir l'image

*****

Le paon, les deux oisons et le plongeon
Partager sur Facebook Partager sur Twitter
Partager sur Messenger Partager sur LinkedIn Partager sur Google Buzz Partager sur Delicious


Ajouter ce site à vos favoris
Cliquez ici pour vous abonner à ce flux RSSjeudi 23 novembre 2017