Louis XIV et la monarchie absolue


Louis-XIV.doc
Louis-XIV.pdf

L'enfance de Louis XIV

Louis naît en 1638. Il est le fils de Louis XIII et d'Anne d'Autriche. Au traditionnel titre de Dauphin de Viennois est ajouté à sa naissance celui de Premier fils de France. L'enfant est aussi prénommé Louis-Dieudonné car, après presque vingt-trois ans de mariage sans enfant, plusieurs fausses couches de la reine et la mésentente du couple royal, la naissance inattendue de cet héritier du trône est considérée comme un don du Ciel.

À la mort de son père Louis XIII en 1643, Louis XIV devient roi de France mais il ne peut gouverner car il n'a pas encore tout à fait 5 ans. C'est donc sa mère Anne d'Autriche qui dirige le pays, assistée du cardinal Mazarin. La reine devient donc régente durant cette période.
Elle maintient contre toute attente Mazarin comme Premier ministre, en dépit de la désapprobation des cercles politiques français de l'époque dont beaucoup n'apprécient pas qu'un Italien, fidèle de Richelieu, dirige la France.

Louis XIII

Anne d'Autriche

Louis XIV enfant avec sa mère

La Fronde

En 1648, commence une période de graves troubles, la Fronde.  Les guerres extérieures que doit mener la France nécessitent d'accroître les impôts et cette mesure est mal acceptée. Les privilégiés montent le peuple contre le gouvernement en faisant valoir le luxe dans lequel se complaît la Cour.
Gens du peuple, bourgeois et aristocrates réagissent brutalement face à l'autorité monarchique commencée par Henri IV, renforcée par la fermeté de Richelieu, et toujours en place sous Mazarin. La Fronde est considérée comme une véritable guerre civile.
Louis XIV enfant et la famille royale devront quitter Paris pendant la Fronde, ils ne reviendront définitivement dans la capitale qu'en 1652.
Trop de désordre, trop de désaccords, les révoltés finissent par se soumettre et la Fronde (après de nombreux combats dans tout le pays) se termine en 1652.

Cliquez pour agrandir l'image

Un frondeur incite les Parisiens à se révolter contre la tyrannie du cardinal Mazarin

Cliquez pour agrandir l'image

Le cardinal Mazarin

Cliquez pour agrandir l'image

Combat près de la Bastille pendant la Fronde

Cliquez pour agrandir l'image

La Fronde dans la région de Montlhéry

Il n'y a pas eu une Fronde mais deux en réalité !

1648-1649 : la Fronde des parlementaires ou Vieille Fronde n'a pas duré très longtemps.
1649-1652 : La Vieille Fronde est relayée par la Fronde des Princes ou Jeune Fronde plus violente que la première.

Cet épisode de l'histoire de France reste très compliqué à comprendre. Pour faire simple, disons que les frondeurs n'en avaient après le roi mais après le cardinal Mazarin et son autorité.

La monarchie française sortira renforcée des épreuves de la Fronde et évoluera vers une monarchie absolue alors que l'Angleterre, à la même époque, évoluera vers une monarchie parlementaire.

La Fronde peut paraître aujourd'hui comme une sorte "d'avant Révolution française". En effet, les frondeurs ont été poussés à la révolte par l'augmentation des impôts et le besoin pour l'État d'accroître ses recettes fiscales.
Les mêmes causes allaient conduire 150 ans plus tard à la Révolution...


La Fronde, pourquoi un tel nom ?
Il est tiré d'un jouet très ancien. Le nom de frondeur a été donné aux insurgés par comparaison aux enfants qui se lançaient des pierres dans les fossés de Paris et se sauvaient à l'arrivée du lieutenant de police, leur jeu ayant été interdit par le Parlement.

Louis XIV souverain absolu

À la mort de Mazarin en 1661, Louis XIV (presque 23 ans) décide de gouverner seul sans prendre de ministre principal. Convaincu de tenir son pouvoir de Dieu, il choisit comme emblème le soleil pour imposer sa puissance. Sa volonté fait la loi et il prend les décisions tout seul après avoir consulté les Conseils. Dans chaque province française, il nomme et place un Intendant qui gouverne au nom du roi et qui possède tous les pouvoirs.

À partir de 1682, Louis XIV décide de diriger son royaume depuis le château de Versailles. Il s'entoure d'une brillante cour où vivent plus de 10 000 nobles. Ces derniers n'ont plus aucune influence et sont étroitement surveillés (la guerre de la Fronde est encore récente).

Louis XIV impose l'obéissance, contrôle tous les ordres et les courants d'opinion. Il réprime le jansénisme (un mouvement religieux opposé à l'absolutisme royal). Il veut obliger les protestants à devenir catholiques et les fait persécuter par ses dragons (des soldats). Il annule l'Édit de Nantes en 1685. Plus de 200 000 protestants (sur les 800 000 que comptait le royaume) quittent la France et des révoltes protestantes éclatent dans les Cévennes.

La monarchie absolue prend alors la forme qu'elle conservera jusqu'à la Révolution française en 1789.
Cliquez pour agrandir l'image

Louis XIV en 1661 au début de son règne (il a tout juste 23 ans)

Cliquez pour agrandir l'image

Après la révocation de l'édit de Nantes, le protestantisme devient interdit sur le territoire français.

Cliquez pour agrandir l'image

Portrait de Louis XIV en costume de sacre par Hyacinthe Rigaud en 1701

L'Édit de Nantes fut promulgué le 13 avril 1598 par le roi de France Henri IV. Il accordait notamment des droits de culte, des droits civils et des droits politiques aux protestants. La promulgation de cet édit mettait fin aux guerres de religion qui avaient ravagé le royaume de France au XVIe siècle. Il fut révoqué par Louis XIV dans un nouvel édit, l'édit de Fontainebleau, le 18 octobre 1685.
Cliquez pour agrandir l'image

Le château de Versailles aujourd'hui

Cliquez pour agrandir l'image

Emblème du Roi Soleil à Versailles


Exercice interactif

Tu trouveras les réponses aux questions de cet exercice dans ce que tu viens de lire !

Louis XIV et ses ministres édifient un royaume puissant

Le roi s'entoure de ministres compétents et dévoués qu'il choisit parmi la bourgeoisie. Son principal ministre, Colbert (conseillé par Mazarin avant sa mort), développe l'industrie (surtout textile) et le commerce (principalement dans les colonies).
Colbert réglemente sévèrement la fabrication des produits français pour améliorer leur qualité. Il met ainsi en place des manufactures royales (réglementées par l'État) comme : la Manufacture de tapisserie des Gobelins, la Manufacture des Glaces (Saint-Gobain), la Manufacture des tapisseries de Beauvais...
Colbert fait construire une puissante marine pour favoriser le commerce avec les colonies et fait creuser le canal du Midi (ingénieur Pierre-Paul Riquet).
Il réorganise les finances de l'État et essaie de limiter les dépenses extravagantes du roi pour la cour et la guerre. Il diminue la taille, un impôt lourd qui frappait les paysans, mais augmente les taxes sur les produits de luxe : tabac, vin, café, cartes à jouer.

Colbert laisse l'image d'un excellent gestionnaire, même si les résultats économiques du règne peuvent paraître très discutables en raison des fortes ponctions causées par les dépenses militaires, les constructions et les largesses du roi. Il ne faut pas oublier que Louis XIV a encore régné 32 ans après la mort de Colbert : tant que le ministre fut aux affaires, les budgets ont été à peu près maîtrisés ; les déficits ne cessent de s'accumuler après lui.
Cliquez pour agrandir l'image

Colbert en 1655

Cliquez pour agrandir l'image

Manufacture des Gobelins à Paris aujourd'hui

Marine marchande au XVIIe siècle

Cliquez pour agrandir l'image

Le canal du Midi aux environs de Toulouse

Cliquez pour agrandir l'image

Le canal du Midi relie la Garonne à Toulouse au port de Sète sur la mer Méditerranée.

Le canal du Midi ne va pas vraiment jusqu'à Sète. Son embouchure se trouve à Marseillan, à la Pointe des Onglous, sur l'étang de Thau qui est comme une petite mer intérieure. L'étang de Thau débouche ensuite sur le port de Sète (par le canal royal) et la mer Méditerranée.

Le roi qui aimait trop la guerre !

Louis XIV veut donner de lui et de la France une image de grandeur et de puissance. Il rêve de dominer l'Europe et se lance dans de nombreuses guerres pour agrandir le royaume.
Louvois, ministre de la guerre, crée une armée permanente dotée d'un bon armement. Vauban, ingénieur militaire, imagine de nouveaux moyens efficaces pour fortifier les villes aux frontières.

Quatre guerres principales marquent son règne, chacune plus dure et plus longue que la précédente, passant du conflit de frontière à la guerre mondiale ! Ces guerres agrandissent considérablement le territoire mais cet état de guerre permanent mène l'État au bord de la banqueroute (la faillite), le forçant à lever de lourds impôts sur le peuple mais aussi sur la noblesse (impôts de la capitation, du dixième). Même la famille royale doit payer des impôts.

Louis XIV a ainsi consacré trente-deux années sur cinquante-quatre de règne effectif à faire la guerre. Sur son lit de mort, il confesse au futur Louis XV « J'ai trop aimé la guerre ».

« J'ai trop aimé la guerre... » Ces mots que Louis XIV aurait prononcés sur son lit de mort ne sont peut-être pas authentiques mais ils expriment cependant le goût prononcé pour la guerre du roi .

Tâchez de conserver la paix avec vos voisins. J'ai trop aimé la guerre ; ne m'imitez pas en cela, non plus que dans les trop grandes dépenses que j'ai faites. Prenez conseil en toutes choses, et cherchez à connaître le meilleur pour le suivre toujours. Soulagez vos peuples le plus tôt que vous pourrez, et faites ce que j'ai eu le malheur de ne pouvoir faire moi-même.

C'est ainsi que Voltaire rapporte en 1751 les mots que le roi mourant aurait adressés à son arrière-petit-fils, le futur Louis XV, le 26 août 1715.
Cliquez pour agrandir l'image

François-Michel Le Tellier, marquis de Louvois

Cliquez pour agrandir l'image

Sébastien Le Prestre de Vauban

Louis XIV visitant une tranchée pendant la guerre de Dévolution (1667-1668)

Cliquez pour agrandir l'image

Louis XIV devant Maastricht pendant la guerre de Hollande (1672-1678)

Cliquez pour agrandir l'image

Le Siège de Namur de 1692 pendant la guerre de la Ligue d'Augsbourg (1688-1697)

Cliquez pour agrandir l'image

Bataille de Denain pendant la guerre de Succession d'Espagne (1701-1714)

Une fin de règne peu glorieuse

La France apparaît en 1715, à la mort du monarque, comme le royaume le plus peuplé, le plus puissant et le plus prospère d'Europe, avec une vingtaine de millions d'habitants et une population en progression. Louis XIV laisse derrière lui un pays très riche sur le plan culturel (peinture, musique, architecture, sciences...) La «ceinture de fer» de Vauban protège la France durablement contre les risques d'invasion.

Mais le prix à payer reste très élevé !
Le luxe de la cour royale finit par peser de plus en plus sur les finances du royaume et les nombreuses guerres ont ruiné le pays. La fin du règne de Louis XIV est aussi marquée par une grande misère et des famines qui ont provoqué près de 2 millions de morts surtout dans les campagnes.

La mort du roi en 1715 est accueillie comme une délivrance...
Cliquez pour agrandir l'image

Louis XIV sur son lit de mort le 1er septembre 1715

Exercice interactif

Tu trouveras les réponses aux questions de cet exercice dans ce que tu viens de lire !

*****

Louis XIV et la monarchie absolue


Ajouter ce site à vos favoris
Cliquez ici pour vous abonner à ce flux RSSlundi 20 novembre 2017