La vie des volcans


Les volcans naissent

L'exemple du Paricutin (type strombolien) au Mexique. Il naît au milieu d'un champ de maïs le 20 février 1943, son éruption dévaste 3 jours plus tard totalement le village de Paricutín et presque totalement celui de San Juan Parangaricutirimícuaro, dont les populations se voient forcées à partir.
Pour l'anecdote, le champ de maïs appartenait à Monsieur Dionisio Pulido. Et au moment de la naissance du volcan, ce fermier labourait son champ avec sa femme et son fils. Il reste actif jusqu'en 1952. Après neuf ans d'éruption, on voit encore le dessus de la basilique du village émerger d'une épaisse coulée de lave figée.
Cliquez pour agrandir l'image

Le Paricutin à notre époque

Cliquez pour agrandir l'image

Coulée de lave en 1943

Cliquez pour agrandir l'image

Église (prisonnière des laves) qui émerge à San Juan Parangaricutiro.

Cliquez pour agrandir l'image

Le Paricutin en 1943, quelques mois après sa naissance !

Cliquez pour agrandir l'image

Une croissance rapide !

Les volcans meurent

On appelle volcan éteint tout volcan qui ne s'est pas manifesté depuis des millénaires et ne montre aucun signe d'activité.
Le mont Kenya, deuxième montagne d'Afrique par sa taille, est un volcan éteint.
Le château d'Edimbourg, en Ecosse, est construit au sommet d'un volcan depuis longtemps éteint.
Et plus près de nous, le Massif Central, en Auvergne comporte de nombreux volcans éteints.
La Chaîne des Puys dans le Massif Central peut-elle se réveiller ?
L'activité de la chaîne des Puys a débuté il y a 95 000 ans et s'est terminée il n'y a que 6 000 ans.
Cette chaîne n'est donc probablement qu'en sommeil, d'où une surveillance de l'activité sismique et volcanique permanente de cette région.
Autrement dit, dans le Massif Central, on suppose que certains volcans sont éteints et d'autres endormis ...
Cliquez pour agrandir l'image

Mont Kenya

Cliquez pour agrandir l'image

Mont Gerbier-de-Jonc

Cliquez pour agrandir l'image

Château d'Edimbourg

Les volcans dorment...et se réveillent !

S'il n'est pas entré en éruption depuis longtemps, un volcan n'est qu'en sommeil et il peut toujours se réveiller. Une éruption après une longue période de sommeil est souvent violente.
Ce fut le cas en 1980 du mont Saint-Helens dans le Nord-Ouest des Etats-Unis, qui explosa après 123 ans d'inactivité.  Il s'est réveillé le 27 mars 1980. Jusqu'au 18 mai, l'activité du volcan s'est traduite par des explosions, des émissions de cendre, de vapeur d'eau et par de nombreux tremblements de terre...
Le 18 mai, vers 8h35 du matin, une formidable explosion a pulvérisé le sommet du volcan sur une hauteur de 425 mètres, envoyé des débris à 20 000 mètres d'altitude et créé un cratère de 3 km sur 1,5 km. Cette explosion a libéré une énergie égale à plusieurs milliers de  bombes atomiques d'Hiroshima !
Cliquez pour agrandir l'image

Le Mt Saint Helens avant 1980

Cliquez pour agrandir l'image

Aujourd'hui, tout le haut du volcan n'existe plus ! Un nouveau dôme s'est formé à l'intérieur !

Cliquez pour agrandir l'image

Eruption du 18 mai à 8h32

Cliquez pour agrandir l'image
David A. Johnston (18 décembre 1949 – 18 mai 1980) était un volcanologue de l'United States Geological Survey (USGS).

En 1980, il occupait un poste d'observation situé à dix kilomètres au nord du Mont Saint Helens le jour de son éruption.
Le 18 mai, il fut le premier à rapporter l'éruption en transmettant un message qui deviendra ses derniers mots : « Vancouver ! Vancouver ! This is it ! » (Vancouver ! Vancouver ! Ça y est !), avant d'être avalé par les cendres volcaniques et la lave.
On n'a jamais retrouvé son corps. Ce jour-là, le poste devait être occupé par Harry Glicken, un autre volcanologue, mais celui-ci dut se rendre à un entretien dans une université en Californie et Johnston prit donc sa place pour observer le volcan !

Ces photos ont été prises le 18 mai 1980 à quelques secondes d'intervalle les unes des autres.
Elles ont été faites par un photographe, Gary Rosenquist qui a eu la chance de ne pas se trouver directement en face de l'éruption du Mt St Helens et qui a donc survécu à ce phénomène naturel exceptionnel !

Photo 1/6 à 08:27

Photo 2/6 à 08:32:47

Photo 3/6 à 08:32:49

Photo 4/6 à 08:32:53

Photo 5/6 à 08:33:03

Photo 6/6 à 08:33:18


Journal télévisé (19/05/1980)

Une région dévastée (30/05/1980)

Le St Helens expliqué par Maurice Krafft (12/12/1980)

Alerte au Mt St Helens (03/10/2004)

Maurice et Katia KRAFFT

Maurice Krafft (et son épouse Katia) étaient deux célèbres volcanologues français.
Ils sont décédés en observant une éruption du mont Unzen au Japon en 1991 : ils ont été engloutis par une nuée ardente.

Une nuée ardente est un phénomène d'avalanche composée d'un mélange de gaz brûlant et de lave incandescente entouré d'un nuage de poussières, coulant le long des flancs d'un volcan  et se canalisant dans les vallées. Ces nuées peuvent atteindre des vitesses comprises entre 50 et 300 mètre/seconde et se déplacent sur de très grandes distances, de l'ordre de plusieurs kilomètres. Leur température  varie de 500 à 1 200 °C. Ces deux paramètres en font des phénomènes dévastateurs, difficiles à anticiper et contre lesquels il n'existe pas de protection physique efficace. Les nuées ardentes sont capables de surprendre même les meilleurs spécialistes.

Voir aussi

Les volcans
Volcans les plus meurtriers
L'Islande, île volcanique
Les volcans en France

*****

La vie des volcans
Partager sur Facebook Partager sur Twitter
Partager sur Messenger Partager sur LinkedIn Partager sur Google Buzz Partager sur Delicious


Ajouter ce site à vos favoris
Cliquez ici pour vous abonner à ce flux RSSlundi 18 septembre 2017