Bonaparte Premier Consul



 

RESUME BONAPARTE 1ER CONSUL.doc
RESUME BONAPARTE 1ER CONSUL.pdf

Le Directoire

Le Directoire succède en 1795 à la Convention. Il tire son nom des cinq directeurs qui le composent et qui sont chargés du pouvoir exécutif. Le pouvoir législatif est confié à un Corps législatif constitué de deux assemblées : le Conseil des Cinq-Cents et le Conseil des Anciens (ainsi nommés parce qu'ils doivent avoir plus de 40 ans). Le Directoire accomplira une œuvre colossale (très importante).

Citons par exemple :
* égalité devant la loi,
* suffrage universel,
* liberté de la presse, de croyance et de pensée,
* abolition de l'esclavage,
* droit au divorce,
* séparation des pouvoirs, de l'Église et de l'État,
* nouveau système d'unités de mesure.

Mais c'est aussi un gouvernement faible (dont les membres ont du mal à s'entendre entre eux). Le Directoire, mené par Barras (« le roi des Pourris » selon Bonaparte), devient rapidement synonyme de corruption et de déroute financière de l'État. Les émeutes provoquées par la misère et le brigandage sont nombreuses et les Français n'ont plus confiance dans leur gouvernement. Le coup d'État de Napoléon Bonaparte mettra fin au Directoire.
Cliquez pour agrandir l'image

Napoléon Bonaparte (1769-1821) était avant tout un militaire

Napoléon Bonaparte naît en 1769 en Corse dans une famille de la petite noblesse. Il suit de brillantes études dans une école militaire. Du côté des Républicains pendant la Révolution, il obtient de nombreux succès militaires. Il est nommé général sous la 1ère République en 1793 à l'âge de 24 ans.

Cliquez pour agrandir l'image
Revenons sur ce fameux portrait officiel du Premier consul  Napoléon. Il a été peint par Jacques-Louis David entre 1800 et 1803  (un peu avant le couronnement donc). Ce portait, commandé par Napoléon  lui-même, fut peint en cinq versions quasiment identiques. Il  représente le 1er consul dans une position avantageuse, sur un  magnifique et très musclé étalon. On est en mai 1800, date à laquelle  Napoléon traverse le célèbre col alpin du Grand-Saint-Bernard (situé à 2 469 mètres d'altitude), passant ainsi de la Suisse à l'Italie  pour aller combattre la Deuxième Coalition (composée de plusieurs pays  dont l'Autriche en grande partie) et dont le but était d'abattre le  régime républicain et de rétablir ainsi la monarchie en France, en vain.

Cependant, la réalité est tout autre car Napoléon n'a pas traversé le col du Grand-Saint-Bernard sur un cheval fougueux mais sur une simple mule, animal jugé plus sûr pour transporter un homme de cette importance sur les sentiers escarpés de cette région des Alpes. 
À gauche, la légende / À droite, la réalité

Le tableau représentant Napoléon (accompagné d'un guide) sur une mule  a été peint par Paul Delaroche bien plus tard, en 1848. Ironie du sort,  la mule s'étant cabrée à un certain moment, faillit précipiter Napoléon  dans un gouffre...
Le col du Grand-Saint-Bernard aujourd'hui

Les victoires de Bonaparte

Il remporte (avec l'aide de ses généraux et de ses soldats) de nombreuses victoires dont les plus célèbres sont :

La bataille du Pont d'Arcole  (en Italie) du 15 au 17 novembre 1796 où Bonaparte s'est élancé devant ses soldats, un drapeau à la main. Les Autrichiens sont vaincus.

Cette bataille dura deux jours et faillit être un échec car Bonaparte qui tomba à l'eau et faillit se noyer dans un marécage. Il fut sauvé in extremis par Belliard, qui fut nommé général à l'issue de cette bataille (en guise de remerciement).
Cliquez pour agrandir l'image

La bataille d'Arcole

Cliquez pour agrandir l'image

Pont d'Arcole aujourd'hui

Cliquez pour agrandir l'image

Le pont avec l'obélisque (célébrant la victoire de Bonaparte) au fond


La bataille de Rivoli  (en Italie) du 14 et 15 janvier 1797 entre l'armée française et l'armée autrichienne. Après la victoire d'Arcole, le général autrichien Josef Alvinczy, trouvant que cette dernière victoire de Bonaparte avait été chanceuse et que les effectifs français sont bien inférieurs aux siens (80 000 Autrichiens et moins de 50 000 Français) décide d'attaquer. Mais les Autrichiens sont réduits à la défaite et laissent la route de Vienne ouverte aux soldats français.

Quelques mois plus tard, le 17 octobre 1797, l'Autriche est obligée de signer la paix, c'est le traité de Campo-Formio.
Cliquez pour agrandir l'image

Bataille de Rivoli

Cliquez pour agrandir l'image

Villa Manin où fut signé le traité de Campoformio


La bataille des Pyramides a lieu le 3 thermidor An VI (21 juillet 1798) entre l'Armée française d'Orient commandée par Bonaparte et les forces mamelouks commandées par Mourad Bey, lors de la campagne d'Égypte. Les pertes françaises lors de cette bataille sont très légères mais elles sont très importantes chez  les Mamelouks. Cette bataille ouvre la route du Caire à Bonaparte.
Cliquez pour agrandir l'image

La bataille des Pyramides

Cliquez pour agrandir l'image

Français contre Mamelouks

La grosse défaite de Bonaparte

La bataille d'Aboukir ou bataille du Nil, est une bataille navale qui eut lieu le 1er et 2 août 1798 dans la baie d'Aboukir, près d'Alexandrie en Égypte. La flotte britannique commandée par le vice-amiral Nelson remporte une victoire décisive contre la flotte française qui est défaite avec de lourdes pertes.
Cliquez pour agrandir l'image

Bataille navale d'Aboukir

Cliquez pour agrandir l'image

Explosion de l'Orient (navire amiral français)

Le coup d'État

En 1799, Bonaparte laisse le commandement de son armée affaiblie par les Britanniques à Kléber et rentre en France discrètement où il est devenu très populaire. Il décide de mettre fin au Directoire par le coup d'État du 18 brumaire (9 novembre 1799). Il s'empare du pouvoir par la force des armes.
Ce coup d'État faillit ne pas avoir lieu.
En effet, Bonaparte fut pris à partie par les députés (les Cinq-Cents) qui lui criaient : « À bas le dictateur ! » après un discours médiocre que celui-ci ait prononcé devant eux. Bonaparte eut un moment de faiblesse. Il fut sauvé par des grenadiers qui l'amenèrent hors de la salle. Son frère Lucien qui présidait l'assemblée sortit à son tour et fit comprendre à la troupe que son frère et les élus étaient menacés d'assassinat.  Le général Murat qui commandait les grenadiers fit évacuer la salle. Trois consuls furent nommés ensuite : Bonaparte, Sieyès et Ducos. Bonaparte se débrouilla rapidement pour être Premier Consul : il le restera du 10 novembre 1799 au 18 mai 1804 et sera même consul à vie à partir de 1802.
Cliquez pour agrandir l'image

Coup d'état du 9 novembre 1799 

Cliquez pour agrandir l'image

Napoléon Bonaparte 1er Consul

Exercices interactifs

Tu trouveras les réponses aux questions de ces exercices dans la page que tu viens de lire !

Un quiz du site "Tableau Noir"

Bonaparte

Voir aussi

Napoléon 1er Empereur

*****

Bonaparte Premier Consul
Partager sur Facebook Partager sur Twitter
Partager sur Messenger Partager sur LinkedIn Partager sur Google Buzz Partager sur Delicious


Ajouter ce site à vos favoris
Cliquez ici pour vous abonner à ce flux RSSlundi 20 novembre 2017