Que célèbre-t-on le 11 novembre ?


 

On célèbre l'armistice, signé le 11 novembre 1918 à 5 h 15 qui marque la fin de la Première Guerre mondiale (1914-1918) et la capitulation de l'Allemagne. Le cessez-le-feu est effectif à onze heures, entraînant dans l'ensemble de la France des volées de cloches et des sonneries de clairons annonçant la fin d'une guerre qui a fait plus de 18 millions de morts et des millions d'invalides ou de mutilés. Les généraux allemands et les généraux alliés se réunissent dans un wagon-restaurant aménagé du maréchal Foch, dans la clairière de Rethondes, en forêt de Compiègne pour signer l'armistice. Plus tard en 1919, à Versailles, ils signeront le traité de Versailles, un traité de paix qui sera à l'origine de la création de la Société des Nations (la SDN).

En savoir plus sur le 11 novembre

Le dernier jour de guerre a fait près de 11 000 tués, blessés ou disparus. Certains soldats ont perdu la vie lors d'actions militaires décidées par des généraux qui savaient que l'armistice avait déjà été signé. Par exemple le général Wright de la 89 ème division américaine prit la décision d'attaquer le village de Stenay afin que ses troupes puissent prendre un bain, ce qui engendra la perte de 300 hommes.

À 10 h 45 du matin, soit 15 minutes avant l'heure du cessez-le-feu, Augustin Trébuchon a été le dernier soldat français tué. Il est tué d'une balle dans la tête alors qu'il porte un message à son capitaine.

Le dernier britannique, George Edwin Ellison a été tué à 9 h 30 alors qu'il faisait une reconnaissance non loin de Mons en Belgique.

Le dernier soldat canadien tué  a été George Lawrence Price, deux minutes avant l'entrée en vigueur de l'armistice.

Enfin l'américain Henry Gunther est généralement considéré comme le dernier soldat tué lors de la Première Guerre mondiale, 60 secondes avant l'entrée en vigueur de l'armistice, alors qu'il chargeait des troupes allemandes étonnées parce qu'elles savaient le cessez le feu imminent (proche).

La date de décès des morts français du 11 novembre a été antidatée (avancée) au 10 novembre par les autorités militaires pour qui il n'était pas possible ou trop honteux de mourir le jour de la victoire. Tous ces événements (qui ont été révélés bien après le 11/11/1918)  montrent la bêtise et l'horreur de la guerre.
Cliquez pour agrandir l'image

Photo prise juste après la signature de l'Armistice avec au premier plan le maréchal Foch, encadré par les amiraux britanniques Hope et Rosslyn Wemyss.

Cliquez pour agrandir l'image

L'emplacement du wagon de Foch, dit wagon de l'Armistice. Au fond, le musée qui abrite un wagon similaire.

Cliquez pour agrandir l'image

La réplique actuelle du wagon de l'Armistice

L'armistice

Témoignage du dernier vétéran français décédé en 2008

Déjà une caméra : 11 novembre 1918 à Strasbourg

Les derniers combattants

Le Français Lazare Ponticelli s'est éteint le 12 mars 2008.
Le Canadien John Babcock s'est éteint le 18 février 2010.
L'Américain Frank Buckles s'est éteint le 27 février 2011.
Le Britannique Claude Choules est devenu le dernier combattant vivant, toutes nations confondues, de la Première Guerre mondiale, il est mort le 5 mai 2011.

Voir aussi

La Première Guerre mondiale
14-18 : Des armes nouvelles
La Marseillaise

Un dossier sur le 11 novembre par SitesPE

Dossier 11 novembre

*****

Que célèbre-t-on le 11 novembre ?
Partager sur Facebook Partager sur Twitter
Partager sur Messenger Partager sur LinkedIn Partager sur Google Buzz Partager sur Delicious


Ajouter ce site à vos favoris
Cliquez ici pour vous abonner à ce flux RSSlundi 18 septembre 2017